La semence améliorée: Une alternative pour accroître les rendements

Ph2L’usage de la semence améliorée confère à la plante une plus grande résistance à la sécheresse et aux attaques des ravageurs. En outre, elle assure l’augmentation des rendements. Dans les plaines agricoles de la commune rurale de Bagré dans la région du Centre-est, les producteurs sont sensibilisés à l’utilisation de la semence améliorée. Une équipe de Sidwaya s’y est rendue le lundi 9 juillet 2018. Reportage ! http://www.sidwaya.bf/m-22143-agriculture-la-semence-amelioree-une-alternative-pour-accroitre-la-production.html

Publicités

Journée mondiale de l’eau sur fond de « crise »

20140821_122837Les Nations Unies célèbrent ce Jeudi 22 mars 2018, la journée mondiale de l’eau sous le thème : « Solutions pour l’eau basées sur la nature« .  La dégradation de la végétation, du sol, des cours d’eau et des lacs, et les autres dommages causés à l’environnement, qui plus est dans un contexte de changements climatiques, sont à l’origine de nombreuses « crises de l’eau » à travers le monde. Quand les écosystèmes sont négligés, il devient plus difficile de se procurer l’eau dont on a besoin pour survivre et prospérer. Lire la suite

La problématique de l’eau au Burkina Faso

SAMSUNG CAMERA PICTURESIl se tient du 1er et ce, jusqu’au 3 février 2018 à Ouagadougou, un Forum national de l’eau et de l’assainissement (FNEA), un cadre de réflexions sur les problématiques nationales de l’eau. Le forum est placé sous le thème « Gestion partagée et inclusive pour l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) eau et assainissement au Burkina Faso ». Lire la suite

Augmenter la productivité à travers l’agriculture irriguée

SAMSUNG CAMERA PICTURESL’agriculture est appelée à rester le plus important utilisateur d’eau à l’échelle mondiale dans les décennies à venir. Dans de nombreux pays, et en particulier ceux situés dans les régions arides et semi-arides, cette dépendance devrait même s’intensifier. C’est à partir de la révolution verte que l’agriculture a commencé à s’approprier des quantités d’eau de plus en plus importantes. Lire la suite

Effets du changement climatique au Burkina Faso :La FAO propose la méthode »champ-école des producteurs »

images (1)L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a organisé le 17 janvier 2017 à Koudougou dans la région du Centre-Ouest du Burkina Faso, un atelier d’information et d’échanges sur la stratégie de mise en place du projet : «Intégrer la Résilience Climatique à la Production Agricole et Pastorale pour la Sécurité Alimentaire dans les Zones Rurales vulnérables à travers l’Approche Champ Ecole des Producteurs». L’atelier est financé par le Fonds mondial pour l’environnement (FEM) et mis en œuvre par la FAO, en collaboration avec les ministères en charge de l’agriculture, des ressources animales et celui de l’environnement, et intervient dans les régions du Centre-Ouest, du Centre-Nord, de l’Est et du Sahel. Et ceci en inscrivant les pratiques et les stratégies d’Adaptation au changement climatique (ACC) dans les initiatives de développement agricole en cours, les politiques agricoles, la programmation et l’augmentation de l’adoption des pratiques et des technologies d’ACC par les communautés rurales. Le projet, d’une durée de quatre ans selon sa coordonnatrice, Marie Bernadette Toé/Kiébré, couvre la période 2015 – 2019, et aidera particulièrement les communautés vulnérables de sa zone d’intervention que sont les quatre régions concernées à intégrer les considérations du changement climatique en vue d’accroître la résilience des systèmes de productions agricoles et pastorales.
Les Champs-écoles des producteurs (CEP) et les Champs-écoles agropastoraux (CEAP) sont entre autres, les outils sur lesquels le projet s’appuiera pour renforcer les capacités des agriculteurs et des éleveurs sur diverses thématiques orientées sur les bonnes pratiques d’ACC et d’intégration des systèmes culture/élevage/ arbre. Au Burkina Faso, l’approche Champ-école des producteurs (CEP) a été introduite par la FAO au milieu des années 1990. Son succès est reconnu par le gouvernement qui l’a adoptée en 2010, comme approche la vulgarisation du Programme national de vulgarisation et d’appui-conseil agricole (PNVACA) du ministère en charge de l’agriculture.

Absence de débat politique sur l’environnement

100_8491Malheureusement au Burkina Faso, l’environnement est peu représenté dans le débat politique. La plupart de nos hommes politiques, de nos candidats aux élections présidentielles préfèrent s’attarder sur des questions de politiques politiciennes. Nous nous inquiétons en tant qu’environnementaliste d’autant plus que l’avenir de la planète n’a jamais été aussi précaire : réfugies climatiques, raréfaction des ressources (eau, produits halieutiques, denrées alimentaires), réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre, crise énergétique, etc. Malgré cette menace qui pèse sur la planète que nous partageons, les questions environnementales sont inscrites aux abonnés absents dans les débats politiques au Burkina. Les politiciens ne semblent pas donner à l’environnement une place centrale dans leurs programmes et pourtant, le développement durable et l’avenir de l’économie du Burkina Faso passent aujourd’hui par une gestion holistique de ses ressources naturelles, de son environnement. On a l’impression qu’en dehors de quelques partis écologiques, la gravité de la crise environnementale n’est pas bien perçue par les hommes politiques qui aspirent à la gestion du pouvoir d’Etat. Qui parmi eux a perçu, à sa juste valeur, l’impératif écologique pour s’en appuyer afin de proposer un programme qui soit imprégné de l’environnement dans ses déclinaisons économiques, sociales et culturelles ? Gérer l’environnement et la diversité des ressources naturelles au Burkina Faso n’est pas chose aisée, c’est un défi dont la complexité va croissant. Actuellement la crise environnementale que connait notre pays s’exprime sous la forme d’une crise économique et demain elle pourrait s’exprimer en crise sociale si rien n’est fait à cause de la dégradation accélérée des écosystèmes.

La gouvernance environnementale

100_9494La gouvernance environnementale est l’un des enjeux mondiaux les plus importants du 21e siècle. Comme l’indiquait la déclaration de Rio de 1992, « la paix, le développement et la protection de l’environnement sont interdépendants et indivisibles ».Comment donc ne pas avoir une vision catastrophique de nos sociétés actuelles du fait de l’exploitation abusive des ressources naturelles et de la perturbation des équilibres écologiques ? Partout les ressources vivantes connaissent des signes de stress prononcé du fait de l’action anthropique. La terre saigne, les problèmes découlant de la détérioration des supports à la vie et de l’épuisement des ressources collectives s’accumulent. La réalité invite à l’inquiétude : elle montre que de nombreux problèmes environnementaux persistent et que de nouveaux émergent sans qu’aucun ne soit irrémédiablement maîtrisé. L’environnement est un défi majeur pour l’humanité, il doit donc être au cœur des projets de société ou des programmes politiques que nous proposent les hommes politiques engagés dans la conquête du pouvoir d’Etat.

Financiarisation de l’agriculture, privatisation des territoires, déficit démocratique

Ph6
Champ collectif de femmes dans la région de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso

Pour les familles africaines vivant de l’agriculture, la terre est un facteur essentiel tant sur le plan de la production que dans ses dimensions nourricière, économique (création de revenus)  et sociale (mode de vie et insertion dans les territoires ruraux). Lire la suite

Déficits d’information dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques agricoles

 

Ph3
Visite d’une délégation de la FAO dans la plaine rizicole d’un groupement villageois dans région du Nord au Burkina Faso 

Selon David Blandford professeur à l’Université de l’État de Pennsylvanie aux Etats Unis, l’agriculture est traditionnellement un secteur pour lequel une grande quantité de données est collectée dans de nombreux pays et il importe d’exploiter au mieux ces ressources. Si des lacunes importantes sont constatées il faudra s’efforcer de les combler au meilleur coût par une action privée ou publique. Lire la suite